Alouette, un(e) internaute à laisser le message suivant :

"Il parait que la bouillie bordelaise pollue les nappes phréatiques???..."
point

La bouillie bordelaise étant un produit composé de sulfate de cuivre (20%) additionné à de la chaux,. . . trop et mal utilisée,  c'est le cuivre que l'on risque de retrouver en dose importante dans les nappes.
Et l'accumulation entraine la pollution !
Si le cuivre est, à très faible dose, un oligo-élément indispensable à la vie, il est en revanche, à dose plus élevée et sous ses formes oxydées (vert-de-gris, oxyde cuivreux), un puissant poison pour l'Homme, comme pour de nombreux organismes à des doses parfois infimes (algues, mousses, microorganismes marins, champignons microscopiques..... (d'où son utilisation contre le mildiou)).

vigneronLes propriétés anti-cryptogamique de la bouillie aurait été découverte par hasard par des vignerons du bordelais qui aspergeaient leurs parcelles d'un mélange de chaux et de sulfate de cuivre; ce procédé ayant pour but de rendre les raisins immangeables et dissuader les voleurs rodant près des vignobles.

Par la suite, le produit a été massivement employé en viticulture contre le mildiou et son utilisation s'est étendue à d'autres cultures.
La bouillie bordelaise est victime de son succès; elle est mise à toute les sauces d'une manière souvent abusive. Du fait de ces abus, ce produit très traditionnel est donc aujourd'hui controversé.

L'usage répété de la bouillie bordelaise dans certains vignobles conduit à une accumulation du cuivre dans le sol, car ce métal ne se dégrade pas et se lessive peu. Selon une étude de l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) on a trouvé plus de 200 mg/kg dans les sols viticoles(alors que la teneur naturelle des sols est évaluée entre 2 et 60 mg/kg). Ces concentrations peuvent être toxiques pour les micro-organismes du sols, et... pour la vigne elle-même. Son utilisation pendant la période floraison - nouaison est à proscrire car elle provoque la coulure. Dans les moûts la présence d'excès de cuivre est toxique pour les levures de la fermentation alcoolique. Sur Sauvignon blanc, le cuivre est néfaste pour les arômes variétaux dont le précurseur est une molécule soufrée. Un effet du même type est suspecté sur vin rosé avec l'identification récente d'un précurseur aromatique qui est aussi un composé soufré.

Elle reste cependant de loin l'antifongique le moins toxique employé en agriculture et est autorisée en agriculture biologique dans certaines limites : depuis le 1er janvier 2006, dans la limite maximale de 6 kg/ha /an de cuivre et pour les cultures pérennes, comme la vigne, les agriculteurs peuvent bénéficier d'une dérogation pour une dose maximale d'utilisation qui se calcule en faisant "une moyenne mobile" sur 5 ans des doses de cuivre, dans la limite de 38 kg/ha/an entre 2002 et 2006, 36 kg/ha/an entre 2003 et 2007, 34 kg/ha/an entre 2004 et 2008, etc.

Dans nos jardins comme ailleurs, pour l'utilisation de tout produit de lutte contre les maladies, il convient d'utiliser la bonne dose au bon moment... et surtout de ne pas pulvériser par temps de pluie afin d'éviter tout risque de fuite du produit dans les sols par lessivage ... Enfin, il va de soi que ce mélange doit être utilisé loin des bassins de poissons rouges ! Quant aux tomates qui rougissent "avec des traces de bleu", il convient de bien les laver avant de les consommer !


Bouillie or not bouillie, c'est la question ?

bouillie_pub_1